Pre Loader

Comment régler un trouble anormal de voisinage en copropriété ?

Vous êtes copropriétaire dans un immeuble et subissez les nuisances continuelles d’un voisin. Comment régler le litige et retrouver le calme et la tranquillité de voisinage qui régnaient il y a quelque temps ?

Le voisin auteur des troubles est locataire dans la copropriété

Si le voisin en cause est locataire de son logement, il convient dans un premier temps de prendre contact avec le propriétaire. Si vous n’avez pas les coordonnées de cette personne, vous pouvez solliciter le syndic qui fera le nécessaire de son côté.

Le propriétaire d’un logement loué doit en effet, dans le cas où son locataire nuirait à la tranquillité du voisinage, lui rappeler les termes du contrat de location conclu, comme par exemple, avoir une jouissance paisible du logement. Il doit également lui rappeler de respecter les dispositions de l’extrait du règlement de copropriété qui lui a été fourni et notamment de ne pas troubler la quiétude de l’immeuble. Le propriétaire du logement devra adresser à son locataire un courrier recommandé avec demande d’avis de réception, le mettant en demeure de faire cesser le trouble. A défaut de changement dans son comportement, le locataire s’expose à une procédure de résiliation judiciaire du contrat de location et à une procédure d’expulsion.

La cour d’appel de Lyon, dans un arrêt du 9 septembre 2014 a prononcé la résiliation du contrat de location après avoir constaté le comportement violent et injurieux du locataire couplé de nuisances sonores répétées.

Bon à savoir : Il peut être utile de faire constater les nuisances du locataire par un huissier de justice. Également, si la gêne occasionnée par ce voisin affecte d’autres copropriétaires, une demande commune auprès du propriétaire du logement ou du syndic peut être opportune. 

L’auteur du trouble anormal est copropriétaire de l’immeuble

Dans le cas où l’auteur des nuisances est également copropriétaire au sein de l’immeuble, essayez de prendre contact avec lui directement afin de lui demander de faire cesser le trouble. S’il n’est pas réceptif à votre demande, un courrier recommandé avec demande d’avis de réception de mise en demeure sera la prochaine étape.

Il est également possible de solliciter un conciliateur de justice qui pourra vous aider à trouver un terrain d’entente avec votre voisin. Enfin, et à défaut de conciliation amiable, il vous est possible de saisir le tribunal judiciaire en vue d’obtenir la condamnation de votre voisin à faire cesser le trouble et éventuellement, sous réserve d’appréciation des juges, à vous verser des dommages et intérêts en réparation du préjudice que vous avez subi.

Dans ce cas, il n’est pas obligatoire de vous faire représenter par un avocat devant le juge judiciaire bien que cette démarche soit toutefois conseillée. 

Références juridiques

  • Article 7 de la loi n°89-462 du 6 juillet 1989.
  • CA Lyon, 9 sept. 2014, Loyers et copr. 2014, n°262, Obs. B.V.-P.

Source : https://edito.seloger.com/conseils-d-experts/copropriete/regler-un-trouble-anormal-de-voisinage-copropriete-article-43038.html